Brillantissime journal d’un Coprod – Episode 3

Chers Coprods,

Cette semaine passée fut chargée en tout ! Boulot, décors, lieux de tournage, émotions, le tout à l’intérieur d’une seule enveloppe, celle du rire et du positivisme, marque de fabrique de notre chère réal. Les acteurs réquisitionnés pour cette semaine furent : Michèle Laroque, Rossy de Palma, Françoise Fabian, Pascal Elbé, Oriane Deschamps, Georges Neri, Nicole Galy, professeur de danse dans son propre rôle, Eleonora Dmitrieva, Sandrine Lacroix, Patrice Quarteron, Jean-Patrice Mege et Thérèse Chimili dans leur propre rôle, (marchand-es de fleurs)… et Aurélie Nicole.

Lundi 10 avril, nous terminions la semaine consacrée à l’appartement d’Angela et à ce très joli parc dont je vous parlais dans l’épisode précédent.

Mardi, nous prenions enfin place au cœur du fameux marché aux fleurs, cher à notre Michèle adorée, mais également sur la grande place adjacente ainsi que dans l’appartement de Charline, situé à côté. La question que je me posais depuis un moment : comment réaliser des scènes dans une rue bondée de monde, celle du marché aux fleurs, en parvenant à ne pas déranger outre mesure marchands et passants, tout en faisant en sorte que le silence nécessaire puisse être obtenu lors des prises ? Eh bien j’ai eu la chance d’assister à quelque chose d’incroyable auquel je ne m’attendais pas du tout. Imaginez : un marché aux fleurs plein à craquer, une énorme caméra dans l’allée centrale, entourée de techniciens et de matériel, notre Michèle à 25 m de l’objectif de la caméra, prête à se lancer au moment du « ACTION ! » bien connu, le tout entouré d’une centaine de passants, présents soit pour se balader, soit pour acheter des fleurs, soit pour assister à la scène de tournage. Magie du cinéma : alors qu’un énorme brouhaha régnait sur le marché, au moment où le « SILENCE S’IL VOUS PLAÎT » retentissait, d’un seul coup le marché tout entier se muait dans un silence de cathédrale ! C’était très impressionnant ! L’immense foule présente continuait d’aller et venir, mais chacun conservait le silence, faisant en sorte de passer devant la caméra sans s’arrêter ou regarder l’objectif, je n’en revenais pas et j’ai senti à ce moment là combien les gens aiment le cinéma et combien ils respectent ceux qui le font. J’ai aimé ce moment magique où la vie bruyante du quotidien d’un marché faisait place en un instant à un monde de silence… et de respect total du travail d’autrui.

Mercredi fut une journée magnifique d’ensoleillement. Le matin, nous tournions dans l’appartement de Charline et l’après-midi sur la grande place juste à côté. Sur cette dernière, nos camions, le matériel, le décor et la cantine se retrouvaient au même endroit, je vous laisse imaginer combien notre présence fut remarquée. Ce fut une après-midi bien pratique pour nous tous car nous n’avions que quelques pas à faire pour transporter le matériel des camions au décor, et pour nous rendre à la cantine, merci Michèle ! Au passage, c’était le jour du fameux mur de tags que vous connaissez

Jeudi, changement de décor. Nous prenions place au sein du grand hôpital Pasteur. Des kilomètres de couloirs à parcourir, merci à Anaïs (notre Régisseuse générale adjointe) pour son fléchage précis. Sans elle, nous chercherions encore la sortie ! À noter la venue sur le plateau de notre Coprod Aurélie Nicole, présente pour tourner son plan alternatif, géniale contrepartie proposée par notre brillantissime réal !

Vendredi, grosse journée ! Quatre lieux de décor différents : le quai des États-Unis et la promenade des Anglais, pour une scène que je prédis mythique, une boutique de vêtements ainsi qu’une salle de cours de danse, pour une scène que je sais également absolument tordante, à l’image de tout le film d’ailleurs ! Le soir, après le tournage, nous nous retrouvions pour une belle soirée de détente et de décompression bien méritée.

Voilà chers Coprods, le résumé de cette grosse semaine de tournage, des plus passionnantes à vivre. Un petit mot encore pour vous parler du bureau de production, ce lieu que nous déplaçons chaque jour et dans lequel les personnes présentes y font un travail de l’ombre monumental, sans malheureusement jamais assister au tournage et profiter des belles journées ensoleillées lors des scènes en extérieur. Un grand bravo et un grand merci à eux pour leur boulot indispensable, dont on ne parle que très peu et que nous tenions à mettre en avant aujourd’hui.

Je vous dis à la semaine prochaine chers Coprods, pour la suite du Brillantissime journal d’un Coprod !